Lettre de Taizé

Publié le par Jérémy

Lettre de Taizé 
Lettre du Kenya, écrite par frère Aloïs pour l'année 2009, publiée lors de la rencontre européenne de jeunes qui eu lieu à Bruxelles.

Partout dans le monde, la société et les comportements se modifient rapidement. Des possibilités prodigieuses de développement se multiplient, mais des instabilités apparaissent aussi, et des inquiétudes face à l'avenir s'accentuent.

Pour que le progrès technique et économique aille de pair avec plus d'humanité, il est indispensable de chercher un sens plus profond à l'existence. Face à la lassitude et au désarroi de beaucoup, la question se pose : de quelle source vivons-nous  ?
Des siècles avant le Christ, déjà le prophète Isaïe montrait une source quand il écrivait : «  Ceux qui espèrent dans le Seigneur renouvellent leurs forces, ils courent sans lassitude et marchent sans fatigue.  »

Ils sont plus nombreux qu'autrefois ceux qui ne trouvent pas cette source. Même le nom de Dieu est chargé de malentendus ou tout à fait oublié. Y aurait-il un lien entre cet effacement de la foi et la perte du goût de vivre  ? Comment désensabler en nous la source  ? N'est-ce pas en étant attentifs à la présence de Dieu  ? Là nous pouvons puiser l'espérance et la joie.

Alors la source se met à nouveau à couler et notre vie prend sens. Nous devenons capables d'assumer notre existence : la recevoir comme un don et la donner à notre tour pour ceux qui nous sont confiés.

Même avec une foi toute petite se réalise un retournement : nous ne vivons plus centrés sur nous-mêmes. En ouvrant à Dieu les portes de notre propre cœur, nous préparons aussi le chemin de sa venue pour beaucoup d'autres.

Assumer notre existence

Oui, Dieu est présent en chacun, croyant ou non. Dès sa première page, la Bible décrit avec une grande beauté poétique le don que Dieu fait de son souffle de vie à tout être humain.

Par son existence sur la terre, Jésus a révélé l'infini amour de Dieu pour chaque personne. En se donnant jusqu'au bout, il a inscrit le oui de Dieu au plus profond de la condition humaine. Depuis la résurrection du Christ, nous ne pouvons plus désespérer du monde ou de nous-mêmes.

Depuis lors, le souffle de Dieu, l'Esprit Saint, nous est donné pour toujours. Par son Esprit qui habite en nos cœurs, Dieu dit oui à ce que nous sommes. Nous ne pouvons pas nous lasser d'écouter ces paroles du prophète Isaïe : «  Le Seigneur trouvera en toi son plaisir, et ta terre sera épousée.  »

Consentons alors à ce que nous sommes ou ne sommes pas, allons jusqu'à assumer tout ce que nous n'avons pas choisi et qui pourtant fait notre vie. Osons créer même à partir de ce qui n'est pas parfait. Et nous trouverons une liberté. Même chargés de fardeaux, nous recevrons notre vie comme un don et chaque jour comme un aujourd'hui de Dieu.

Entraînés vers un dépassement

Si Dieu est en nous, il est aussi au-devant de nous. Il nous prend tels que nous sommes, mais il nous tire aussi au-delà de nous-mêmes. Il vient parfois perturber notre existence, bouleverser nos plans et nos projets. La vie de Jésus nous entraîne à entrer dans cette perspective.

Jésus se laissait conduire par l'Esprit Saint. Il ne cessait de se référer à la présence invisible de Dieu son Père. C'est là le fondement de sa liberté, qui l'a amené à donner sa vie par amour. En lui, relation avec Dieu et liberté ne s'opposaient jamais mais se renforçaient l'une l'autre.

En nous tous se trouve le désir d'un absolu vers lequel nous tendons de tout notre être, corps, âme, intelligence. Une soif d'amour brûle en chacun, du nourrisson jusqu'à la personne âgée. Même l'intimité humaine la plus grande ne peut pas entièrement l'apaiser.

Ces aspirations, nous les ressentons souvent comme des manques ou un vide. Elles risquent parfois de nous disperser. Mais, loin d'être une anomalie, elles font partie de notre personne. Elles sont un don, elles contiennent déjà l'appel de Dieu à nous ouvrir nous-mêmes.

Alors chacun est invité à s'interroger : quel dépassement m'est demandé maintenant  ? Il ne s'agit pas nécessairement de «  faire plus  ». Ce à quoi nous sommes appelés, c'est à aimer davantage. Et comme l'amour a besoin de tout notre être pour s'exprimer, à nous de chercher, sans attendre une minute de plus, comment être attentifs à notre prochain.

Le peu que nous pouvons, nous devons le faire

S'entraider à quelques-uns pour approfondir la foi

Trop de jeunes se sentent seuls dans leur cheminement intérieur. À deux ou trois il est déjà possible de s'entraider, de partager et de prier ensemble, même avec ceux qui se disent plus proches du doute que de la foi.

Un tel partage trouve un grand appui s'il est intégré à l'Église locale. Elle est la communauté des communautés, où toutes les générations se retrouvent et où l'on ne se choisit pas. L'Église est la famille de Dieu : cette communion qui nous tire hors d'un isolement. Là nous sommes accueillis, là le oui de Dieu à notre existence est actualisé, là nous trouvons l'indispensable consolation de Dieu.

Si les paroisses et les groupes de jeunes étaient d'abord des lieux de bonté du cœur et de confiance, des lieux accueillants où nous sommes attentifs aux plus faibles  !

Dépasser les cloisonnements de nos sociétés

Pour participer à la construction d'une famille humaine plus unie, une des urgences n'est-elle pas de regarder le monde «  à partir d'en bas  » ? Ce regard implique une grande simplicité de vie.

Les communications deviennent de plus en plus faciles, mais en même temps les sociétés restent très compartimentées. Le risque de l'indifférence réciproque ne cesse de croître. Dépassons les cloisonnements de nos sociétés  ! Allons vers ceux qui souffrent  ! Rendons visite à ceux qui sont mis de côté, maltraités  ! Pensons aux immigrés si proches et pourtant souvent si loin  ! Là où la souffrance grandit, on voit fréquemment se multiplier des projets concrets qui sont autant de signes d'espérance.

Pour lutter contre les injustices, les menaces de conflits, et favoriser un partage des biens matériels, il est indispensable d'acquérir des compétences. La persévérance dans les études ou dans une formation professionnelle peut aussi être un service rendu aux autres.

S'il y a des pauvretés et des injustices scandaleuses qui sautent aux yeux, il y a des pauvretés moins visibles. La solitude en est une.

Des préjugés et des malentendus sont parfois transmis de génération en génération et peuvent conduire à des actes de violence. Il y a aussi des formes de violence apparemment anodines, mais qui causent ravages et humiliations. La moquerie en est une.

Où que nous soyons, cherchons, seuls ou à quelques-uns, quels gestes à accomplir dans des situations de détresse. Nous découvrirons ainsi la présence du Christ même là où nous ne l'aurions pas attendue. Ressuscité, il est là, au milieu des humains. Il nous devance sur les chemins de la compassion. Et déjà, par l'Esprit Saint, il renouvelle la face de la terre.
Frère Aloïs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article