L'Eglise et le sida

Publié le par Jérémy


Benoît XVI et le sida : Eclaircissements

Encore une fois, notre Saint Père et l'Eglise font les frais de certains médias, qui, au lieu de restituer l'ensemble ou un résumé du discours de Benoît XVI, ne font entendre ou lire qu'une phrase, hors de son contexte, en ne faisant pas allusion à ce qui la précède et la suit. De cette façon, et cela est logique, la citation, retirée de son contexte, paraît inadmissible et même irresponsable.
Il est de notre devoir de faire connaître ce qui a vraiment été dit, ainsi que l'enseignement de l'Eglise en matière de sexualité et de lutte contre le sida ; c'est pourquoi je vous propose cette video de l'interview du Pape, sa retranscription écrite, et un lien vers d'autres éléments de compréhension.

Question de Philippe Visseyrias de France 2 :
"Saint Père, parmi les multiples maux dont souffre l'Afrique, il y a aussi en particulier celui de l'épidémie du sida. La position de l'Eglise catholique quant aux moyens de lutter contre ce fléau est souvent considérée comme irréaliste et inefficace. Aborderez-vous ce thème durant le voyage ?

Réponse de Benoît XVI [traduit de l'italien] :

Je dirais le contraire. Il me semble que l'entité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est vraiment l'Eglise catholique, avec ses mouvements et ses diverses structures. Je pense à la Communauté Saint Egidio qui fait tant, de manière visible et aussi de manière invisible pour lutter contre le sida, aux religieux Camilliens, à toutes les religieuses qui sont au service des malades...
Je dirais que l'on ne peut pas dépasser ce problème du Sida avec seulement de l'argent, qui est nécessaire, mais s'il n'y a pas l'âme, si les Africains ne s'aident pas, on ne peut pas dépasser le fléau avec la distribution de préservatifs. Au contraire, ils augmentent le problème.
La solution ne peut venir que d'un double engagement : en premier, une humanisation de la sexualité
, c'est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui permette une nouvelle manière de se comporter les uns avec les autres, et deuxièmement une vraie attention particulièrement à l'égard des personnes qui souffrent, la disponibilité, les sacrifices aussi, les renoncement personnels pour être avec les personnes souffrantes. Ce sont les moyens qui aident et permettent des progrès visibles. C'est pourquoi, je dirais que c'est là notre double force : renouveler l'homme intérieur, donner une force spirituelle et morale pour un comportement juste dans la manière de considérer son propre corps et celui d'autrui, et d'autre part cette capacité à souffrir avec ceux qui souffrent, d'être présents aux cotés de ceux qui traversent des épreuves. Je crois que c'est là la juste réponse, que l'Eglise la met en œuvre et offre ainsi une aide très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui y participent.

Traduction : Agence i.media"

D'autres éléments de compéhension :
http://www.eglise.catholique.fr/actualites-et-evenements/dossiers/voyage-de-benoit-xvi-en-afrique/leglise-et-le-sida.html

Publié dans Benoît XVI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article